Guide Complet – Comment Se Forme La Graisse

  • Vous avez un gros ventre et vous ne comprenez pas comment vous l’avez eu ?
  • Vous voulez comprendre comment la graisse se forme pour comprendre le mécanisme et trouver la solution adéquate ?

Pas d’inquiétude ! Après la lecture de cet article, vous aurez la réponse exacte aux questions soulevées. Ça fait plus de 6 ans que je faisais de la musculation, et je ne compte pas m’arrêter. En créant ce blog, mon rôle est d’aider les gens, vous aider, à avoir le corps de vos rêves, et tout simplement être en bonne santé.

Comme vous le savez, la graisse est très dangereuse pour la santé. Il est important de comprendre comment se forme pour éviter les causes et cherche la solution la plus adéquate.

À lire : comment perdre la graisse abdominale ?

Quest-ce que la graisse ?

Je vais évoquer le sujet d’un point de vue scientifique. Prière de lire cette partie attentivement !

Pour un homme, le tissu adipeux représente entre 15 et 20% de la masse totale. Quand aux femmes, il est entre 20 et 25%. Pour éviter cet excès graisseux, de nombreuses personnes optent pour la liposuccion ou la lipoaspiration. Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui consiste à aspirer les amas graisseurs localisés dans certaines parties de notre corps.

En réalité, ces amas graisseux sont des cellules spécifiques, qu’on appelle les adipocytes. Elles sont rondes et gorgées de lipides. Elles sont organisées en lobules délimités par des cloisons fibreuses. Ce sont des cellules qui se localisent aussi bien en superficie qu’en profondeur.

En surface, on retrouve ces cellules au niveau de l’hypoderme. Elles forment donc le tissu graisseux sous-cutané. Il entoure notre corps pour nous offrir une isolation thermique et amortir les chocs. En profondeur, on les retrouve dans le tissu adipeux viscéral, qui remplit les espaces entre certains organes de l’abdomen et constitue une réserve énergétique nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme.

Qu’il soit en surface ou en profondeur, les adipocytes stockent les lipides dans notre corps jusqu’à une certaine limite. Au-delà de celle-ci, les adipocytes déclenchent la formation d’une toute nouvelle cellule qui emmagasine le surplus de graisse. C’est à ce stade que les problèmes commencent !

Lorsque cette multiplication se produit en surface, qu’elle soit associée ou pas à de la rétention d’eau ou à la fibrose, l’aspect de notre peau devient donc plus granuleux à la pression : une forme de cellulite. Cette dernière se localise généralement au niveau des fesses, de la face externe et interne des cuisses et au niveau de la face interne des genoux.

Quand cette multiplication d’adipocytes se produit en profondeur, des amas graisseux peuvent déformer notre silhouette. On parle donc de stéatomérie, connue est aussi sous le terme de culotte de cheval. Différents amas de graisse disgracieux peuvent également apparaître au niveau des hanches, des poignées d’amour au niveau de la taille, de l’abdomen, mais aussi le menton et le cou.

La lipoaspiration est l’une des solutions pour se débarrasser de cette graisse difficile à déloger. Mais attention, la liposuccion n’est pas une méthode miracle d’amaigrissement, ni un traitement contre l’obésité.

En revanche, l’intervention chirurgicale n’est pas la seule solution. Il existe d’autres solutions à adopter pour dire au revoir aux graisses supplémentaires stockées dans notre corps.

Le processus de création de graisse

Le processus de création de graisse dans notre corps est appelé : la lipogenèse. Il s’agit de la transformation de la nourriture que nous consommons en graisse. D’ailleurs, la nourriture que nous mangeons se divise en 3 familles, qui sont : les glucides, les protéines et les lipides.

  • Les protéines que l’on peut trouver dans les viandes, les poissons… ou les blancs d’œufs ;
  • Les lipides que l’on trouve dans les jaunes d’œufs, les huiles, les produits laitiers entiers… et l’oléagineux.
  • Les glucides qu’on trouve dans le reste des aliments : les légumes, les fruits, les haricots…

Une fois que notre corps met la main sur les protéines, les lipides ou les glucides, il les transforme respectivement en acides aminés, acides gras et glucose.

Le corps convertis donc les lipides en acides gras. S’il détecte un excédant par rapport aux besoins du corps, il les stocke sous forme de graisse.

Pour les glucides, ils sont convertis en glucose. Ce dernier est une source d’énergie pour les muscles et le cerveau. Mais, ce glucose ne peut pas se transformer en graisse sans l’aide de l’insuline.

Les acides aminés des protéines doivent aussi être convertis en glucose via l’action du foie. Quand ils sont changés en glucose, ils sont aussi besoin d’insuline pour être convertis en graisse.

Pour le cas où l’insuline fait son travail et qu’on a besoin du glucose en route vers les cellules graisseuses. À ce stade, le glucose sera converti en acides gras et on est à une étape seulement de nouvelles graisses. Durant cette dernière étape du processus, tous les acides gras combinent avec le glycérol-3-phosphate pour former les triglycérides et d’autres termes de la graisse. Ce processus peut paraître compliqué, mais il est important d’avoir une idée bien claire.

Bref, pour faire simple, il faut tenir en tête cette petite formule ;

Insuline + glucose = graisse

Pas de stockage de glucose en graisse sans insuline

Si les calories sont agressives, ils vont déclencher la production d’insuline. C’est automatique ! C’est pour cette raison qu’il faut limiter les limiter agressives de votre alimentation, de type sucre et féculents.

De plus, la graisse ne peut pas se former sans glycérol-3-phosphate. Ce dernier est formé à partir du glucose ou des glucides. En revanche, il faut savoir qu’il y certains bons glucides. Par exemple, les légumes sont parmi les aliments les plus sains. Par ailleurs, les glucides provenant des féculents et du sucre favorisent la formation de graisse dans notre corps, dans la mesure où ils produisent des montagnes de glucose.

Pour faire simple, l’insuline avec le glucose est égale à de la graisse (comme j’ai déjà mentionné en haut). Sachant que les deux sont créés à partir d’aliments à IG élevés comme le sucre et les féculents.

Le sucre et de la graisse

À l’issu de la digestion, le glucose est soit utilisé par notre corps pour apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement de notre organisme, soit stocké principalement sous forme de glycogène dans les muscles et le fois. Parfois, il peut être stocké sous forme de graisses.

le sucre et la formation de la graisse

Quand nos apports caloriques sont en équilibre avec nos besoins, ce phénomène est appelé le « lipogenèse » (comme j’ai déjà mentionné). Mais il n’est que marginal, car seulement 5% du glucose est transformé en graisses.

En effet, il faut savoir que notre corps est capable de brûler et stocker jusqu’à 500 grammes de glucose avant le lipogenèse.

Et le fructose ?

Le fructose est un autre type de sucres que l’on trouve dans les fruits ou le miel. Il a un mécanisme différent du glucose, parce qu’il n’est pas directement utilisé par nos muscles.

Le fructose est également transformé en acides gras, situés dans le foie… quand il représente plus de 20% des calories quotidiennes.

Mais, d’où vient cette mauvaise réputation ? On retrouve le fructose dans les boissons comme les sodas, sous forme de sirop de fructose-glucose très courant en Amérique. D’ailleurs, les études menées précisent qu’il y a un risque de surpoids lié à la consommation excessive de ces boissons sucrées. Je précise que la seule boisson indispensable est l’eau ! N’oubliez pas ce point !

Comment mesurer la masse grasse ?

Au-delà de la simple mesure du poids sur une balance traditionnelle, différentes méthodes peuvent vous permettre d’évaluer les réserves de graisse. Il s’agit d’examens de base, essentiels au diagnostic d’un déséquilibre pondéral, que ce soit un surpoids, une obésité ou une trop grande maigreur.

Les plis de peau

La masse grasse peut tout simplement être évaluée à partir de l’épaisseur de plis de peau mesurée avec un pied à coulisse à certains endroits du corps.

Lindice de masse corporelle

On peut également calculer l’indice de la masse corporelle (IMC) en divisant notre poids (en kilos) par le carré de notre taille (en mètres). À titre d’exemple, un adulte qui mesure 1,75 m et pèse 70 kilos aura un IMC de 22,9.

Pour interpréter le résultat, voici quelques informations pour comprendre  :

Un IMC de moins de 18 : maigreur

Entre 18 et 24,9 : corpulence normale

Entre 25 et 29,9 : surpoids

Entre 30 et 39,9 : obésité

Plus de 40 : obésité morbide

En revanche, il faut savoir que cet indice n’est pas applicable à toutes les personnes. L’IMC ne prend pas en compte la masse musculaire ni la masse osseuse. Il peut donc être inadapté à certaines personnes, et en particulier aux sportifs. Du fait de leur masse musculaire, ils possèdent un IMC plus élevé, sans autant être en surpoids. L’IMC est un indice qui doit aussi être adapté pour les enfants, les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes malades et les personnes âgées. Pour avoir plus de précision, cet indice doit être associé à la mesure de l’épaisseur des plis de la peau.

Limpédancemétrie

L’impédancemétrie est une méthode qui permet d’évaluer la masse grasse en mesurant la résistance du corps au passage de courants électriques de très faible intensité. D’ailleurs, nombreuses sont les salles de sport qui proposent cette méthode pour évaluer les réserves de graisse. De plus, les pèse-personnes à impédancemètre ont envahi massivement les rayons des grands magasins. En revanche, je précise qu’il ne s’agit pas d’une méthode fiable, car elle ne tient pas compte de la morphologie de chaque personne.

Est-ce quon stocke les protéines ?

Je précise que notre capacité de stocker les protéines est extrêmement limitée. Notre corps ne dispose pas d’une forme de réserve des protéines, comme le glycogène pour le sucre ou le tissu adipeux pour les acides gras. Si les acides aminés qui proviennent de la digestion des protéines ne sont pas utilisés par notre organisme, ils sont donc transformés en glucose pour fournir de l’énergie à notre corps.

Quand les stocks de glycogène sont épuisés, comme si on fait un jeûne ou une activité physique prolongée, et si le tissu adipeux est peu développé, notre foie est donc capable de fabriquer du sucre à partir des acides aminés issus de la destruction des protéines des muscles. La musculature agit donc comme une sorte de réserve d’acides aminés. En revanche, il faut savoir que l’apport supérieur d’acides aminés aux besoins immédiats ne peut pas provoquer une augmentation de la masse musculaire s’il n’est pas accompagné d’un entraînement physique intense.

Manger bien sans grossir, est-ce possible ?

Comme vous l’avez très bien compris, trop de glucose et trop d’insuline produisent trop de graisse. Donc, l’idée consiste à gérer la consommation de lipides, mais surtout celle des glucides pour éviter de prendre du poids.

Pour ce faire, pas la peine de se perdre dans les calculs trop complexes des calories. De plus, je note que : manger moins n’est pas la solution idéale pour perdre du poids. Oui, c’est une fausse idée que vous avez en tête. Je peux vous dire qu’il est possible de manger bien sans grossir.

Je précise que notre organisme ne fait que s’adapter au manque d’énergie. Une fois notre métabolisme ralenti, notre corps estime que la quantité d’aliments absorbés est la même qu’avant la privation. Par exemple, si vous continuez à manger des féculents et du sucre, la production d’insuline et de glycérole-3-phosphate est inchangée alors que le métabolisme est ralenti. Et le résultat : la graisse sera automatiquement stockée et la prise de poids et imminente.

Pour éviter la formation de graisse, je vous conseille de manger tout simplement MIEUX. Le principe consiste à introduire dans votre alimentation plus de nutriments, moins de sucres et féculents et assez de protéines. Il faut également éviter de manger trop gras en diminuant la consommation de pâtes, de riz, de céréales, de pâtisseries et de nourritures industrielles.

Par ailleurs, je rappelle la formule suivante : pour perdre 6 kg de graisse par an, il faut tout simplement éviter de boire 1 soda par jour. C’est très simple !

Dans ce sens, j’ai préparé une vidéo YouTube pour évoquer ce sujet. Je vous expliquer, brièvement, comment se forme la graisse. Vous pouvez voire la vidéo, mais n’oubliez pas que la lecture de l’article est bien plus complète, car je vais vous proposer d’autres détails !

Add a Comment