Guide Complet – Soigner Le Colon Irritable

  • Vous vous sentez le ventre ballonnée, douloureux et perclus de gaz ?
  • Vous avez la sensation d’avoir le ventre gonflé, lourd… et barborygme ?
  • Vous chercher sans doute une solution pour soigner le colon irritable ?

Superbe ! Vous êtes au bon endroit. En tant qu’expert en coaching sportif et en nutrition, je vais vous parler du problème des intestins irritables tout en évoquant les solutions les plus pratiques à adopter pour éviter ce problème.

Oui, je sais que vous avez lu tant d’articles sur le web, sans résultat ! Vous avez tout essayé, mais en vain ! Ça, je le sais. Ne vous en faites pas ! Cet article vous aidera à comprendre le problème et à trouver les solutions les plus efficaces. Continuez la lecture jusqu’au bout !

Avant de lire l’article, je vous invite à voir cette petite vidéo que j’ai préparé pour vous ! Je parle des intestins irritables et de méthodes à adopter pour les soigner. Je n’évoque pas tous les détails. Il va falloir lire l’article pour avoir une vision bien claire. Lisez l’article jusqu’au bout pour comprendre de quoi ça s’agit ! Si vous avez une question à me poser, n’hésitez pas à me contacter ! Je vous répondrai dans les brefs délais possibles. Je suis également coach sportif, et j’accompagne plusieurs personnes à atteindre leur objectif sportif. Vous pouvez me faire confiance !

Le syndrome de l’intestin irritable

En lisant le titre, on a l’impression qu’il s’agit d’une maladie très rare. Mais c’est loin de tout ça !

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) arrive bien plus souvent qu’on le pense. C’est une maladie qui pourrit la vie. Par ailleurs, elle favorise à force de gênes et malaises. Elle affecte particulièrement le genre féminin. D’ailleurs, les femmes autour de la trentaine sont les plus concernées.

Cette maladie apparaît à l’adolescence et s’installe progressivement chez l’adulte. Au premier lieu, cela commence par des gaz, des ballonnements et des douleurs au ventre répétés. Par la suite, des diarrhées violentes apparaissent et parfois même des épisodes de constipation. Parfois, ces problèmes peuvent être intenses et journaliers, disparaissent plus ou moins, puis apparaissent à nouveau !

D’après les spécialistes, il ne faut s’inquiétez de cette maladie. Il n’existe aucune inflammation grave des muqueuses, ni de parasite incriminé ni de dysbiose. Les tissus et la structure de l’intestin ne sont pas atteints et les risques de cancers digestifs ne sont pas accrus.

De plus, les causes précises ne sont pas connues, ce qui est frustrant pour le patient ainsi que le médecin.

D’ailleurs, on estime que le SII représente 30 à 50% des consultations. C’est à dire, 1 personne sur 5 serait touchée par le syndrome. De plus, les spécialistes estiment qu’une personne sur 5 souffre de troubles digestifs fonctionnels sans avoir reçu un diagnostic de SII.

La colopathie fonctionnelle, communément appelé syndrome du colon irritable, est une anomalie de fonctionnement du tube digestif. Il ne s’agit pas d’une pathologie car il n’y a pas de cause identifiée à ces troubles digestifs qui ne sont responsables d’aucune conséquence grave.

La colopathie fonctionnelle, également appelée syndrome du côlon irritable, est un trouble de fonctionnement du côlon. Le côlon, nommé aussi gros intestin, est une partie de l’intestin située entre l’intestin grêle et le rectum. Il termine la digestion des aliments, débutée dans l’intestin grêle, et participe à la formation et l’évacuation des selles.

Due à une hypersensibilité du côlon, le syndrome du côlon irritable est à l’origine de douleurs dans le ventre, de constipation, de diarrhée ou de ballonnements. Bien que bénigne, elle peut se manifester de façon chronique entraînant une altération de la qualité de vie.

Les raisons qui font gonfler le ventre

Les ballonnements n’arrivent pas uniquement après un repas trop copieux, mais aussi du fait que votre système digestif n’arrive pas à décomposer correctement la nourriture. Du coup, les gaz s’accumulent dans l’estomac et les intestins, ce qui transforme votre abdomen en ballon de baudruche ! Voici les principales raisons :

Le stress

Avec le stress, les organes de notre corps réagissent et peuvent empêcher le sang de circuler librement dans la sphère digestive. Les conséquences peuvent provoquer de la constipation, de la diarrhée ou des ballonnements.

Outre le stress, l’anxiété peut également causer ce problème, surtout si vous avez l’habitude de mâcher du chewing-gum ou de boire des sodas gazeux.

La déshydratation

Quand il est déshydraté, le corps humain commence à retenir les fluides. Cette eau qui s’accumule dans le ventre provoque des ballonnements inconfortables. Pour éviter ce problème, il est conseillé de boire de l’eau ou des tisanes à base d’anis étoilé. De plus, il faut éviter les boissons gazeuses.

Une mauvaise alimentation

Les aliments à forte capacité fermentescible favorisent la production de gaz intestinaux, comme les haricots, les choux de Bruxelles, du céleri, les bananes, les pruneaux et le germe de blé.

Si vous manger trop salé, les aliments peuvent provoquer de la rétention d’eau et vous donner le sentiment d’être gonflée.

De plus, si vous avez une alimentation riche en fibres mais vous ne buvez pas assez d’eau, vous avez d’énormes risques d’irriter votre intestin.

Lire : comment mettre en place un plan alimentaire efficace

Les médicaments qui irritent l’intestin

Souvent, la diarrhée et les trouvent intestinaux sont parmi les effets indésirables des médicaments. C’est le cas des traitements contenant du lactulose et su sorbitol.

Si vous devez absolument prendre ces médicaments, il est conseillé le prendre des médecines douces pour soulager les ballonnements :

  • l’acupression : appuyer sur l’angle que forment le pouce et l’index, avec le pouce et l’index de l’autre main (chaque jour pendant 2 minutes) ;
  • les huiles essentielles : préparer un mélange d’huiles essentielles de carvi, de coriandre et de muscade (à parts égales), et frictionner votre abdomen avec le mélange après chaque repas (pendant 3 semaines) ;

Soigner le colon irritables : le programme le plus recommandé !

Si vous lisez cet article, c’est parce que vous cherchez le programme le plus idéal pour soigner les intestins irritables ! Voici donc le programme à suivre à la lettre !

En période de crise

Les ballonnements, les maux de ventre, l’alternance de diarrhée et de constipation sont des troubles digestifs qui peuvent gâcher la journée de plusieurs personnes aux intestins hypersensibles. Alors, qu’est-ce qu’il faut faire pour éviter ce problème ?

Pour soigner les intestins irritables, atténuer les symptômes et calmer l’inflammation, il faut commencer par supprimer le tabac, l’alcool et le café, qui augmentent significativement les spasmes intestinaux. Il est important de limiter les crudités et les chewing-gums qui contribuent massivement aux douleurs abdominales.

Pour offrir de vraies vacances à votre intestin, on vous conseille de manger des aliments très faciles à digérer. Voici le menu type à suivre :

  • du lait sans lactose ou du lait de soja ;
  • des fromages à pâte cuite ;
  • des viandes maigres et des poissons cuits sans matière grasse ;
  • du riz, des pâtes et des pommes de terre ;
  • des fruits frais sous forme de jus pressés et dilués avec un peut d’eau ;
  • le pain blanc, le pain de mie et les biscottes ;
  • les boissons : eau plate, tisane, thé vert, chicorée ;

Pour avoir plus d’informations, vous pouvez lire mon article : comment mettre en place un régime alimentaire efficace ?

Après la crise

Une fois les douleurs et les ballonnements disparus, il est conseillé d’offrir deux ou trois jours de repos à votre intestin avant de réintroduire les aliments plus irritants. D’après les spécialistes, il est préférable de réintroduire un aliment par jour, pour faciliter la digestion.

Pour commencer, on vous conseille de prendre des légumes moins riches en fibres, comme la salade, les carottes, les endives cuites, les haricots verts, les blancs de poireau, les pointes d’asperge, les épinards et les betteraves rouges cuits, les tomates pelées et les épépinées cuites.

Progressivement, vous pouvez réintroduire les crudités.

Ensuite, vous pouvez réintroduire les fruits. Il est important de consommer des fruits bien mûrs et éviter ceux qui contiennent de petites graines, comme les kiwis et les framboises.

Enfin, il est temps de réintroduire les produits céréaliers riches en fibres et les légumes secs.

Pour éviter les crises

Pour éviter le SII, il ne suffit pas de consommer les bons aliments, faciles à digérer. Il faut également adopter une bonne hygiène de vie et modifier votre comportement.

Premièrement, il est conseillé de manger au calme, assis à table et le dos bien endroit. Il est déconseillé en position non compatible.

De plus, il est important de bien mastiquer. D’ailleurs, la digestion d’aliments insuffisamment mastiqués demande beaucoup de travail à l’estomac, ce qui provoque des fermentations, et par conséquent des ballonnements douloureux.

Avant chaque repas, il est conseillé de boire deux grands verres d’eau. Une bonne hydratation permet de bien saliver. C’est un geste très important, car la salive permet de limiter l’acidité gastrique. De plus, on note que l’eau fait gonfler les fibres alimentaires et facilite leur progression dans l’intestin.

A la fin de chaque repas, il est recommandé de prendre une tisane digestive. Pour cela, vous pouvez préparer une décoction avec trois étoiles d’anis par tasse, laisser bouillir dix minutes, faire infuser dix autres minutes et boire une tasse après chaque repas. Si votre problème est lié au stress, il est préférable de mélanger avec une tisane d’aubépine ou de valériane.

Des solutions douces pour souffler

De nombreuses “bio” thérapies peuvent apporter un soulagement et éviter le recours systématique à ces médicaments aux effets pernicieux. Gemmothérapie, massothérapie, natu

ropathie… la liste est longue, on y trouve de quoi faire face à l’urgence, ou des traitements de fond pour renforcer le terrain. Sans entrer dans le détail des utilisations (faciles à trouver), retenons :

Pour les spasmes

  • Les remèdes homéopathiques donnent parfois de très bons résultats : Colocynthis 5 CH (quand on est plié en deux), Cuprum Metallicum 5 CH associé à belladonna 5 CH et Raphanus 5 CH (quand ballonnements et gaz les accompagnent) ou China Complexe n°107.
  • L’huile essentielle de menthe poivrée a montré une efficacité antispasmodique comparable au Dicetel (un classique de l’allopathie) : sa capacité à soulager les symptômes du SII est reconnue par la Commission E.

Pour réguler le transit (diarrhée et constipation)

  • La myrtille est parfaite devant les diarrhées. En décoction (baies) ou jus elle resserre les tissus et enraye (vite) l’emballement intestinal. On en trouve aussi en gélules.
  • L’argile verte apaise les petites inflammations et reminéralise les tissus.
  • Le psyllium adoucit la muqueuse intestinale par son apport en fibres bien toléré, comme les graines de lin(également reconnues par les autorités européennes pour leur effet calmant) et leurs fibres solubles, douces.
  • Certaines familles de probiotiques calment et soutiennent l’intestin tout en diminuant les épisodes douloureux, les ballonnements et les flatulences. Les plus efficaces à l’aune des dernières études seraient : Lactobacillus rhamnosus GG, Lactobacillus plantarum, Bifidobacterium infantis, Streptococcus faecium, Streptococcus thremophilus, Saccharomyces boulardii.

Pour les ballonnements

  • Le charbon activé régularise le transit en nettoyant surtout le conduit intestinal. Il réduit très rapidement la fermentation et la production de gaz. Prenez-le à distance de vos autres médicaments ou compléments.

Pour l’anxiété et le stress 

  • L’hypnothérapie, les techniques de relaxation, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la sophrologie et l’acupuncture (la moxibustion notamment) aident à surmonter les ruminations et l’état anxieux, modifient la perception de la douleur et les habitudes de défécation. Des tests positifs l’ont confirmé.

Pour le caractère inflammatoire 

  • Une plante traditionnelle, la Boswellia serrata, est connue pour réduire l’inflammation de la muqueuse intestinale. Son extrait doit être titré à 65 % d’acide boswellique et on en prendra 1 à 1,5 g par jour pendant un minimum de trois mois avant de lui associer un probiotique et des prébiotiques. L’aloé vera se révèle aussi efficace (1 cuiller à café de gel deux fois par jour, voire plus après avis spécialisé).
  • Des compléments alimentaires à base de chlorophylle concentrée.  Elle neutralise de plus les toxines de certains germes et stimule fortement la régénération cellulaire.

Si vous aimez préparer vous-mêmes vos tisanes, pensez aux tisanes à base de plantes amères ! Drainantes, dépuratives, anti-inflammatoires, antispasmodiques (chardon-Marie, camomille, curcuma…), ces tisanes répondent bien au quotidien des troubles digestifs fonctionnels ou du SII.

Je précise que je publie très souvent des vidéos sur ma chaîne YouTube, n’hésitez pas à vous abonner pour avoir toutes les nouveautés ! Je poste également des articles de façon régulière sur ce site.

Laisser un commentaire